Français

L'IUT de Graz redécouvre le pont d'eau

Quand l'eau devient folle et grimpe aux murs

Philippe Ball, éditeur de longue date de la revue Science, revue scientifique renommée, disait en 2008 : "It's embarrassing to admit it, but the stuff that covers two thirds of our planet is still a mystery. Worse, the more we look, the more the problems accumulate: new techniques probing deeper into the molecular architecture of liquid water are throwing up more puzzles."

Il veut dire par là qu'il est honteux pour la science d'avouer que l'élément qui recouvre 2/3 de notre Terre constitue encore toujours un vrai casse-tête pour elle. Et pire, plus on en découvre au sujet de l'eau, plus il y a de questions qui remontent à la surface...

L'ingénieur Larch - Direction de la Recherche et du Développement chez GRANDER® - est d'avis qu'il faudra encore du temps pour que la science développe une base de connaissances assez grande et reconnue en général à propos de l'eau.

Plus on s'intéresse de manière approfondie au thème de l'eau, plus il est énigmatique et mystérieux. Pour chaque réponse que l'on cherche, on obtient d'autres questions. On n'a pas encore trouvé de modèle qui suffise à expliquer le phénomène Eau dans le détail. La recherche moderne sur l'eau apporte toutefois toujours de nouvelles découvertes et bouscule le savoir traditionnel. De nouvelles découvertes, qui ne devraient même pas exister du point de vue de la physique, ont été faites…

Le pont d'eau le montre sans la moindre ambiguité : Bien que l'on connaisse très bien l'aspect extérieur du pont d'eau et de ses caractéristiques, il n'existe pas la moindre théorie reconnue à ce sujet, qui soit en mesure de décrire ce phénomène, même de façon approximative. Il en va de même pour la vivification d'eau GRANDER® : on observe les effets de la vivification depuis déjà plus de 20 ans, cependant du côté de la science on n'a pas encore trouvé à ce jour de théorie reconnue pour expliquer correctement ce phénomène naturel.

L'eau en suspension

Le Dr. Elmar Fuchs provoqua un tollé dans le monde des physiciens, en publiant dans un passé proche son papier sur l'un des phénomènes de l'eau les plus fascinants qui soient : le pont d'eau suspendu.

Si l'on place de l'eau très pure, plusieurs fois distillée, dans deux récipients sous haute tension et si l'on éloigne lentement lesdits récipients l'un de l'autre, il se forme au début une "étincelle". Puis, le liquide "rampe" vers le haut le long du récipient, pour former enfin un pont d'eau entre les récipients.

Pour les profanes, la photo prise avec la caméra thermique montre une parade amoureuse un peu folle. Elmar Fuchs résume le phénomène comme suit : « Nous avons pu démontrer lors de nos expérimentations que l'eau coulait dans les deux directions, en passant par le pont ». Le groupe interdisciplinaire de chercheurs, constitué de chimistes, physiciens, électrotechniciens et constructeurs de machines de l'Institut Universitaire Technologique de Graz en Autriche, a ainsi crée la sensation dans le monde scientifique. 

Après que le Dr Elmar Fuchs eut présenté ses découvertes en 2006 à la conférence internationale de recherche sur l'eau à Moscou, l'intérêt du public pour le pont d'eau n'allait plus se démentir.

En Hollande, Wetsus - le centre de compétences et de recherche pour une gestion durable de l'eau, reconnu à l'international - s'intéressa aux dernières découvertes sur l'eau et nomma Fuchs chef d'un groupe de chercheurs ayant pour mission de se rapprocher de ce phénomène à l'aide de techniques de mesure dernier cri.

De nombreux magazines scientifiques renommés, parmi lesquels Nature, publièrent de surcroît des rapports sur cette découverte sensationnelle. Même l'Agence spatiale européenne (ESA) se montra très intéressée et voulut savoir comment se comportait le phénomène en apesanteur (dans l'univers). Ainsi le Dr Fuchs a déjà reproduit le modèle sur un vol parabolique de l'ESA, et maintenant il travaille à la reproduction du modèle sur un vol dans l'espace.

De l'eau avec une structure interne inconnue ?

Incroyable mais vrai : dans l'expérience du Dr Fuchs, une eau avec une tension électrique de 25 000 volts réussit à vaincre une distance pouvant aller jusqu'à 25 millimètres. L'eau présente alors des propriétés tout à fait nouvelles en termes de densité et de structure.

Au moyen d'une caméra à grande vitesse et d'un laser femtoseconde, on a découvert que l'eau, à côté de sa structure "stable" ou "instable" comme on la connaissait jusqu'à présent, pouvait développer d'autres structures. On a pour ainsi dire pénétré dans le no man's land entre "stable" (solide) et "instable" (liquide), en réfutant par là-même les connaissances classiques sur l'eau. La structure nouvellement identifiée dans l'eau est une indication significative de la présence d'états dynamiques dans l'eau.

Ne sommes-nous peut-être qu'au début de la recherche sur l'eau ?

Ici semble se boucler la boucle sur une déclaration très humble d'un très grand scientifique :

« Ce que nous savons n'est qu'une goutte dans l'océan de ce que nous ne savons pas » (Sir Isaac Newton, 1643-1727).

Contributions vidéo intéressantes :