Français

Nouvelle orientation

« On ne doit rien inventer, on doit juste le trouver ».

Johann Grander ne veut pas s'installer dans des structures prédéterminées. En 1978, il quitte son emploi et passe beaucoup de temps à méditer et à lire. Il emprunte un chemin de perfectionnement intellectuel et spirituel.

Il commence aussi à faire des recherches et des expérimentations : au début avec le rouleau de massage qu'il tient de son père, et plus tard il développe des moteurs magnétiques spécifiques.

Il fait de nombreuses expériences avec et sous l'eau. C’est son chat Minka qui attire son attention sur l'eau ainsi obtenue. Il ne veut plus boire que de cette eau que Johann Grander traite avec ses moteurs magnétiques. Ce dernier commence donc à travailler plus intensément sur l'eau qui le fascine de plus en plus, et qui influencera sa vie et celle de sa famille de manière significative.

La Nature est sa meilleure maîtresse d'apprentissage, et le microscope, son outil de travail fondamental. Il découvre que l'eau peut stocker des informations et - sans contact direct - les transférer à d’autres eaux.

Le principe de base de la vivification d'eau GRANDER est né. Sa reconnaissance s’étend, de plus en plus de gens s'intéressent à la vivification d'eau et s’approvisionnent en "eau Grander" chez Johann Grander.

Le chercheur tyrolien poursuit ses expériences. Avec son fils, il développe le premier vivificateur d'eau, un dispositif qui se fixe sur la conduite d’eau domestique, et qui vivifie l’eau du robinet.

Le garage devant la maison sert à la fois de laboratoire, de lieu de recherche et d'atelier de fabrication.

L'intérêt du public grandit et depuis 30 ans, la vivification d'eau GRANDER parcourt le monde. Aujourd'hui, Johann Grander en est totalement sûr : « On ne doit rien inventer, on doit juste le trouver ».